Blog

Jour 1 Paris Nagoya


Vendredi avant le départ.
Je part tôt pour avoir le temps de passer prendre les flyers dans le 2ème, rue d'Uzès et me voilà en route vers le bureau. Je termine les affaires en cours (il y en a pas mal !) et file à l'Observatoire de Paris faire un dernier test de vidéo pour que Florent ou Thomas n'ai pas de mauvaise surprise au moment de filmer les cours du mardi soir.
Je passe ensuite acheter de bons chocolats pour Mami-chan qui m'attendra demain à l’aéroport, et aussi une bonne bouteille de vin.
Je rentre rue Dautencourt. Gaël m'appelle et me propose de diner avec Gérard de la Cave des Papilles chez Nana, rue Breguet.
On mange bien, les couteux sont délicieux, Gérard à choisi un bon vin. Il fait bon et on est en terrasse. Nathalie nous propose une délicieuse Vodka pour conclure.
On rentre, la nuit est courte, mon avion décolle à 10h30...
Donc a 7h me voilà dans le métro direction Charles de Gaulles. Une courte escale à Frankfort pas assez longue pour faire un coucou à Ximena, mais assez pour se restaurer sur le pousse, puis l'avion pour Nagoya.
Cette fois ci le voyage à la fin de l'été, il y a une longue nuit. Je comptemple par le hublot les étoiles et les villes au sol ressemblent à des amas. On voit très bien les plaïades. Je m'endort en les regardant défiler.
A l'aeroport Changmi m'attends. On va boire un café et manger un Oyakudon. On passe l'après midi ensemble, chez Denys puis à son école d'anglais Usagi.
 
Le soir elle m'amène à la gare, je prends un Shinkansen pour Osaka, puis Dobutsuhenmae, retours au Earth Café, chez Daichi san !
L'ambiance est animée quant j'arrive. Après une douche, je vais écouter le groupe de folk japonaise, chansons populaire, deux guitariste et une nana qui chante très bien. Je diffuse à l'international par Facebook.
La nuit s'avance et il fait fain. On va manger des Udons et puis dodo.

Jour 2 Osaka station - Dobutsuhenmae de nuit


Je dort jusque tard pour récupérer du décalage horaire. Levé vers 12h00, Daishi san est en bas, je prends un café froid puis je sort acheter quelques karahage et un Onigiri au combini.
Puis je vais trainer chez Don Kirote. Il me faut des convertisseurs prises française - prises japonaises et un support pour le téléphone portable, parce-que je me suis dit que c’était sympa de faire des lives sur Facebook pendant notre voyage.
Je trouve a peut près ce qu'il faut et je rentre à Earth. Shouyu viens nous rendre visite, je suis bien content de la revoir. On passe un moment à discuter, et elle me donne des flyers qu'elle à préparé pour les deux concerts à Earth café, je vais aller les porter à ParaDIce ou on doit jouer aussi.
On part ensemble prendre le métro, Shoyu prend la JR line.
Mais elle me rejoint sur le quai, elle avait oublié de me donner d'autres flyers à poser chez ParaDice.
Je pause les flyer chez ParaDice, le patron se souviens de nous l'an dernier.
Je rentre et prends une douche avant de me diriger vers Dojima et l'Izakaya Gochisoutsutajiro ou on avait bien mangé l'an dernier. J'y vais avec Mayuko san qui sera aussi à Biwako Biennale ou je joue le 16. On mange très bien et on boit du saké. D'abord le nigorizaké de shinkame, frais et délicieux, puis un saké chaud, moins bien.
On va ensuite boire des cocktail en regardant des poissons dans des aquarium, occupation méditative et originale. C'est amusant, les cocktails sont bon.
Déjà minuit, il pleut, on marche sous la pluie jusqu’à Osaka Station. Heureusement que la pluie cesse, je décide de rentrer à pied jusqu’à Dobutsuenmae, ou je retrouve Daishi san toujours sur le pont à 2h.

Jour 3 - Sushis avec Tokiko, Izakaya (encore !) avec Hakihito

Je me lève un peut plus tôt qu'hier et je commence la journée par quelques essais avec la guitare et l'ordinateur, les essais du premier jour ayant laissé entrevoir quelques problèmes avec les cables.
J'ai rendez vous pour déjeuner avec Tokiko, qui fait de belles photos qu'elle expose souvent au Earth Café.
On à pour projet d'aller manger des Udons, mais après quelques mètres sous la pluie on réalise que le restau est fermé, du coup on va manger des Suchis avec une biere fraiche.
On retourne ensuite chez Daichi, Shouyu est revenue. On peaufine la traduction d'une de ses chanson que j'aime bien "Sho ga Nai" , "C'est la vie" que j'ai traduite pour elle cette année. Traduction approximative et bien difficile à prononcer pour une japonaise...
Mais on écrit les sons en Katakana, maintenant c'est plus simple de prononcer mais toujours impossible à chanter.
Je me met en route pour Nara ou je doit retrouver Akihito San après son cours à l'université de jeunes filles.
Je l'attends devant le 7 eleven, a 6h00 il passe me prendre. On va acheter du saké et on rentre à Kizugawa. On va se détendre au sento, puis on va à l'izakaya du coin ou on mange du Sanma, un poisson de saison au japon, en tataki et grillé. Délicieux. avec de la bière puis du Soju.
Ai nous rejoins après son travail, et après être passé au Kombini acheter des vivres pour le soir et le petit dej, elle nous ramène à bon port.
Hakihito nous repasse le film de la performance à Paris, et a la Camac, ou j'ai joué de la guitare nu comme un nouveau né à l'intérieur de sa bulle colorée.
Je fais quelques essais avec mon nouveau système midi, on décide que je serais en Yukata sombre, j'en achèterais un demain à Nara. On continue la soirée en buvant du saké et mangeant des Karahage et des sushis, et lisant des Haikus
Et puis c'est l'heure de se coucher. Je m'endort avec le chant d'un grillon, comme l'été quant j'étais enfant.

Jour 4 - Nara - Earth café

Réveil à 8h pour le petit déjeuné et --- le bébé de Ai et Akihito est en forme. Au début ça lui fait bizarre de me voir avec mes yeux rond et ma tête à demis rasée... mais il s'habitue. Après le petit déjeuné copieux, je monte ma guitare et joue un peut et là ça commence à lui plaire et il s'amuse et danse comme un fou.
Vers 11h on part, Akihito va directement à Omihachiman et me dépose en route à Nara. Après m'avoir fit un plan indiquant l'endroit ou acheter le Yukata sombre pour la biennale de Biwako, il repart et moi je vais visiter le grand temple de l'est, le Today-Ji et son Boudha géant. Il parait que c'est le plus grand bâtiment en bois du monde qui l'abrite.
Je retrouve les petit cervidés qui sont partout atours du parc de Nara.
Le Boudha est vraiment très beau, c'est une belle visite.
Je descend ensuite vers la ville en traversant un bout du parc de Nara, puis dans un quartier de rue commerçante je traine à la recherche de mon Yukata. J'en trouve un sombre qui n'est pas mal et pas trop cher. Il ne me manquera que les getas que je chercherais demain. Dans une petite boutique j'en profite pour acheter a une vielle dame un couteau Higonokami pour 700 yen. C'est un petit couteau pliable sans cran d’arrêt que Jérémie m'a demandé de lui rapporter du Japon. La lame à l'air de bonne qualité.
Je retourne à la gare et déjeune dans le train. de retour chez Daishi après avoir marché sous la pluie.
Dans la soirée je m'installe pour un direct sur facebook improvisé sous la pluie.
Je partage le bento curry taï de Daichi, très bon; quelques clients arrivent, on discute un peut autours d'un verre de Soju.
Après une petite ballade vers Tennoji puis Abeno ou on résidait il y a 3 ans, je rentre, la nuit rafraichis un peut de la journée écrasante chaude et humide.

Jour 5 - Welcome Party à Earth Café


Je me lève vers 10h et prépapre ma lessive que je vais faire à la laverie d'a cotès. Une dame très gentille m'explique bien le fonctionnement. Je fais une petite promenade en buvant un café glacé.Je retrouve Daishi-san pendant que le linge sèche; il viens d'ouvrir la boutique. Il me demande à quelle heure Gaël et François doivent arriver mais je ne peut pas lui répondre encore. Un message de Gaël arrive, ils sont toujours à Nagoya, François à voulu faire une promenade matinale mais il c'est perdu.
A earth café, c'est la réunion d'un club d'amateurs de mathématiques. Je poste quelques photos du voyage d'hier à Nara puis je vais dans une boutique de couteau pour me renseigner plus sur les couteaux Higonokamis, il en existe plusieurs modèles de différente qualitès, çelon que la lame est faite à la main ou industrielle. Je trouve donc pour mon ami Jeremie un modèle de meilleure qualité que celui d'hier.
En rentrant je mange des Takoyaki brulants. De retour chez Daishi, la chanteuse d'avant hier qui chantait des Kayoukyoku dans la rue mais je ne la reconnais pas. Elle est avec des amies, dont une danseuse traditionelle. J'en profite pour faire un essayage du Yukata noir que j'ai acheté hier.Daichi san m’amène en promenade et me fait découvrir un beau lieu Kokorom, avec un petit jardin au milieu ou se reposer et boire un café.
Shoyu chan et Tokiko san arrivent bientôt pour préparer la fête de ce soir. Soomen Karahage, Yakisobas Takoyakis sont au programme !
Finalement Gael et François arrivent bientôt. On va acheter des légumes pour les plats de ce soir avec Shouyu et François.
On se prépare et répète un peut. Ce soir on va jouer 3 morceau simplement Sumimassen, Le christ puis Les Poissons Rouges.
La fête commence, Shouyu chan joue 3 morceau avec son guitariste, dont "ma solitude" qu'elle chante en Français !! puis le grouppe de Kayoukyokuet enfin Uchronie.
Tout le monde est content il y a une belle ambiance ce soir.
Dur de dormir après un concert même si demain il faudra se lever tôt.

Jour 6 - Biwako Biennale


Gaël me réveille à 8h30 parce que mon réveil sonne et que je dort toujours. Je me rase et file a la gare de métro vers Osaka Loop puis Osaka Station. Je cherche la ligne qui va à Omihachiman mais la gare est grande, je perd du temps.
Finalement je trouve la bonne ligne mais je prends un train très lent qui fait beaucoup d'arret. J'arrive vers 12h, Hakihito m'attends à la gare avec 2 bentos.
Sur la route on s’arrête dans un magasins d'objet fabriqués en bambous. Beau et pas très cher. Puis on va dans la vielle maiso ou est exposé l'Oeuvre d'Hakihito, c'est un ancien magazin de bois. L'espace est très beau et ancien. L'oeuvre d'Hakihito est au grenier, sous les toit. C'est une genre de toile d'araignée en fil de fer, on peut l'escalader, monter dessus, c'est solide. Cinq personnes peuvent y monter.
Après le déjeuné, Hakihito m'aide à mettre mon Yukata, puis je commence la performance en créant des ambiance de forêt, et d'oiseaux criards. Je joue pendant 1h30 a peut près puis après une petite pause, une seconde improvisation avec un joueur d'harmonica français. Il y a beaucoup de Français à Biwako Biennale !
Après la performance, viens le pot officiel d'ouverture de la biennale avec le Kanpaï ! Le saké est froid et sucré.
On bois joyeusement puis la partie continue à l'endroit ou réside les artistes. Jusque tard dans la nuit. Tsukimi etait hier soir mais c'est aujourd'hui la pleine lune qui joue avec les nuages. Une soirée de promenades.
夜の散歩
月の優しく
通りゆく
天の川
無題な言葉
夜影行く

Jour 7 - Concert à Hawk Wind

On prends le petit déjeuner dans la salle commune qui a retrouvé un état présentable. Mayuko chan prépare du café.
L'ambiance est calme, tout le monde est fatigué, beaucoup sont partis au Karaoké la veille. Beaucoup de sommeil encore à 8h30.
J'écris quelques pages du blog et deux Haikus sur la lune de Omihachiman.
Avec Mayuko chan, Tanak san, Miki san et Honda san on va installer des panneaux indicatifs devant les maisons contenant des oeuvres des artistes. On en profite pour visiter et découvrir. Certaines instalations sont super et d'autres moins interessante. Le grenier aménagé par Mayuko chan est très impressionnant. Il y a un esprit de maison hanté... son oeuvre en papier washi imprégné de sauce soja et autre me donne l'impression d'une pressence vivante se développant dans la piece. Je reste un moment à me reposer ici.
A midi on va manger un Katsudon avec du riz et des légumes marinès. Puis on prends un funiculaire qui va nous amener en haut de la montagne de Omihachiman. Il y a un temple Boudhiste, la vue est très belle. L'athmosphère propice à la méditation. Mais il est déjà l'heure de retourner retrouver Hakihito san qui va me ramener à la gare, direction Kyoto.
A kyoto mon téléphone tombe en panne de batterie, mon sac est lourd et la livehouse loin de la gare centrale... je prends un taxi. Et j'attends l'ouverture du Hawk Wind en buvant une Nama dans un café qui a une belle vue sur la ligne de métro. Et je recharge mon téléphone.
Hier j'ai acheté des sandales en bambous, un chapeau pointu et un masque de vielle femme en papier pour voir si François s'en amusera. On vera ça se soir.
La livehouse est petite au second étage d'un immeuble. Quant j'arrive Yumiko fait ses réglages. Très sympa d’emblée elle me dit en français qu'elle a regardé nos vidéo sur Youtube et qu'elle aimerais qu'on participe sur un de ses morceaux. "Vous pouvez faire tout ce que vous voulez".
On fait nos réglages et on va répéter à cotès d'un arbre à Kaki dans la rue.
La première partie de soirée est un groupe de free jazz a tendance rock, plutôt de bonne improvisations. Puis c'est nous, on joue Sumimasen, Le Christ Aux Oliviers, Les poissons rouges, Deserteur et Hannafubuki. En rappel on joue Aie avec Yumiko qui répète le texte que Gaël lui dicte.
Enfin c'est Yumiko qui clot la soirée en jouant des chansons dans un style a la fois drole et passioné, tantôt parodique tantôt plus poignantes. Ne me quitte pas en japonais "Ikanaide". Le poinçonneur des Lilas au lieu de faire des Petit trou "chisai anna" en fait des gros "hoki anna" ce qui aurait a voir avec une histoire de paris sur des chevaux et du fait de parier sur le mauvais. Mais l'expliquation est bancale et j'avoue que l'humour japonais est assez mystérieux.
La derniere chanson, sur laquelle on est invité a participer c'est "les feuilles mortes". Et ce n'est pas triste avec Gaël qui essaie de déconcentrer Yumiko par des chatouille.
On rentre vite, en taxi jusqu’à la gare puis train jusqu'a Osaka. C'est minuit passé lorsqu'on arrive a Osaka et c'est l’anniversaire de Yuko. On va manger des kuchikatsu en buvant une Nama dans le petit quartier derrière le pont.
On rentre et on prends encore quelques bières au combinis pour féter ça !

Jour 8 - Isakaya a Abeno

Jour de repos
On se lève donc vers midi.
Je descend au Kombini acheter un café glacé des chocolat au macha et un Dorayaki. Et on va prendre un repas dans une petite boutique de tsukemen. C'est bon et pas cher.
On passe ensuite boire un verre à Kokorom, dans le passage couvert, ou il y a aussi la boutique de vêtements traditionnel de seconde main ou tout est à 100 yen.
A Kokorom je recroise la poétesse Shinin croisée hier. L'ambiance est sympa dans cette Guest house ou on peut boire un verre à cotés du petit jardin. Aujourd'hui j'y rencontre un beau papillon.
On va répéter ensuite avec gael pendant 2h, puis on va du cotès d'Abeno boire du bon saké dans une belle maison ancienne de ce petit quartier. Un izakaya très correct.
On rentre ensuite chez Daichi, François qui est rentré dans l'après midi avec un demi tatamis trouvé dans la rue et redécoré par lui discute avec deux espagnoles.
Il fait chaud encore et il pleut. Le typhon viendra peut étre. Je vais me coucher tôt. Jour de repos.

Jour 9 - Kyoto Oohlala

Je me lève vers 10h et part aussitôt à la recherche du magasin de musique Shimamura pour acheter des jeux de cordes. J'y était allé l'an dernier, et je suis retourné au même endroit mais a la place il y a un magasin de vêtement.
Je traine dans le centre commercial et questionne quelques personnels, je finis par comprendre que le magasin a été transféré dans la grande tour Haruka. J'y vais et là je doit trouver l'escalier qui même au fameux étage 3,5, et c'est étage étant encore très grand je passe bien 10mm supplémentaires à chercher le magasin.
Je rentre chez Daichi, et on prend presque aussitôt la route vers Kyoto, un train lent mais sans changement qui arrive à Kyoto à une station très proche de Oohlala.
On arrive plus d'une heure en avance, on va manger un bol de riz agrémenté dans un restaurant de Gyudon.
Puis comme il nous reste encore du temps on cherche un petit café qui est fermé et finalement on va boire un Ice Coffe au Katwalk.
C'est a présent l'heure d'aller faire les balances à Oohlala. Elles sont vite expédiés car il n'y a que la guitare et la voix à régler. Ensuite on va travailler dans les escalier et dans la rue. Le projet au début avec Yuko-san était d'aller voir le temple à Matsunoho, le dieu du saké, mais en fait on aura pas le temps et après avoir mangé une glace au matcha on va s'installer pour le début du concert.
Le premier groupe est un groupe de Acid-rock planant, des reprises, certaines font penser à Jefferson Airplanes. Le second groupe interessant, un peut acid, années 70, très bien, avec un chanteur charismatique.
Toujours les années 70 mais plus vers la fin le 3eme groupe, un son toujours planant, des costumes originaux d'astronautes avec des pyramides sur la tête.
Puis c'est nous. Je diffuse le concert sur Facebook.
On joue Ange, Les loups, Le christ, poisson rouge, HannaFubuki, sumimassen...
Le concert finit, on m'offre un verre, j'enfile donc une téquila-tonic en vitesse avant de courir à la station de métro. Un train lent encore, mais cette fois ci il y a un changement.
On arrive pas trop tard à l'auberge Daichi. Mais on s'endormira tard après avoir longuement cherché un billet pour Taïwan pas trop cher.

Jour 10 - Typhon et Sento

Gael et Yuko se réveillent tôt pour partir à l'aeroport, avion direction Fukuoka pour visiter une fabrique de sauce soja Shouyu.
Je reste dormir, la fenètre ouverte jusque tard. Le vent souffle très fort et il pleut, c'est le Typhon.
Shouyu va passer cet après midi à Earth Café, en attendant on va manger des tsukemen avec Daichi et François.
Shouyu nous montre de nouveaux instruments qu'elle à fabriqué à partir de calebasses, avec des graines dedans. Onjoue avec et elle demande à François de peindre dessus. Il fait un joli dessin tout en racontant une cosmogonie à Shouyu.
Il pleut toujours des cordes; on est coincé dedans, Daichi va nous acheter du Magic-Plastic pour fabriquer des portes clef. On pourra les vendre ou les offrir.
La pluie cesse et le temps deviens doux. Avec François on décide d'aller dans un sento; pas trop loin. Il y a un sauna et des bains a bulle et électricité. Après s'étre bien détendus, on fait une petite promenade jusque chez Takashi ou on habitait en 2013, lors de notre première tournée au Japon.
Finalement Yuko et Gaël n'ont pas pu embarquer pour Fukuoka à cause de l'avion qui ne pouvait pas décoller a temps. Il sont du coup revenu et un peut fatigués. François tire le Tarot à Yuka chan qui pratique massage et acupuncture, on parle circulation de Ki.
Je vais manger un morceau avec François et Jeremy, puis on retourne a Earth ou la soirée se finit tranquillement. Aujourd'hui François à vendu un dessin pour 2000yen.

Jour 11 - Concert à Para Dice

Je me lève a 10h30 et me prépare a aller faire ma lessive. François est déjà debout depuis pas mal de temps. Il a ouvert le café et tout installé dehors. Il a fait tout un décors avec des parapluie et une belle affiche patchwork pour notre concert de demain. Aussi  la publicité pour les massages de Fujiko.
Je vais a la laverie et lance ma lessive puis retourne causer avec lui. Il me dessine en "lapin de montauban" bien pourvu sur la table.
Daichi nous rejoint puis Makiko chan. Elle fait beaucoup plus jeune que ses 23 ans alors lorsque je la voie fumer je m'inquiette un peut. Ensemble on va manger un cury Taï à Kokorom. Très épicé et très bon. François tire le tarot.
On rentre a Earth café, François part à pied pour Para Dice, moi je m'inscrit pour une scéance de massage avec Fujiko-san. Les épaules et le coup surtout mais aussi les extrémités, les doigts les mains. Très zen, j'en ressort très détendus mais Gaël et Yuko qui m'ont attendus le sont moins... On prends la ligne directe rapide et on arrive quelques minutes avant de faire les balances.
On va ensuite répéter dans la restroom, Koresan et Momoko passent nous faire un petit coucou, c'est très sympa. L’occasion pour François de se faire tatouer le corp au feutre noir de milles insanitées.
Puis on va manger un brin dans l'Izakaya d'a cotès. Très bon. On retourne à Para Dice les premier concerts commencent, mais Gaël veut répéter un peut plus et c'est là que je casse une corde que je doit dans le stress réparer en vitesse. Après Yumi Chan c'est à nous de jouer.
Les morceaux d'aujourd'hui sont servis avec la super lumière qui est la marque de fabrique du lieu.
Ecris moi, Les loups, le christ, sumimasen, les poissons rouges, hanna fubuki et le deserteur.
Après avoir partagé un verre avec Yuko san je rejoint l'équipe à l'izakaya ou on va joyeusement finir la soirée avec quelques kuchchikatsu et un onigiri délicieux.
Pour le desert on offre la tournée avec Sumimasen.
On rentre chez Daichi et on se repasse le film sur grand écran, puis on va se coucher laissant Daichi san et Makiko fermer la boutique.

Jour 12 - concert à EARTH Cafe

Je suis réveillé vers 10h par les bruit d'une engueulade dehors. François à ouvert, comme à son habitude, le café de Daichi le matin. Même si Daichi n'est pas levé avant midi et donc le café fermé avant midi, la grille de métal est levée. Un gar (qui connais Daichi) veut rentrer pour aller au toilette mais François l'en empêche. S'en suit un malentendu dont le volume me réveille. L’incident passé, nous voilà réveillé, je vais acheter deux nouveau jeux de cordes et une bandoulière pour ma guitare.
De retour à Earth, puis on va déjeuner avec Gaël et Yuko, au restaurant de Tsukemen.
Après le repas Gaël et Yuko vont faire une sieste.J'aide Daichi et Makiko à installer la salle et les lumières et a faire les réglages de volumes.
François se construit son costume de Batmanubis et parcours le quartier en distribuant des flyers.
 Gaël descend et on commence à faire nos balances
Shouyu et Tokiko arrivent. Ce soir je vais mettre le Yukata noir avec un noeud de obi fait par shouyu.
Dans le public il y a une petite fille très Kawai qui joue avec François et Makiko
Le concert commence par shouyu, première parie shouba (shouyu avec un masque de grand mère, puis shouyu), puis c'est Okachimenko shamisen et hautbois puis nous.
Un long programme que me donne Mr Gael en derniere minute
Ecris moi, Les loups, Le christ, Ange, Les poissons rouge , Hanna fubuki, Sumimasen, le Deserteur, Aie ga Itai La muse en noir. On essaie Neopunck, mais elle n'est pas encore prète.
Après le concert retransmit en mondovision sur Facebook, on discute avec les amis et les nouvelles têtes.
La pluie qui a commencé à tomber drue pendant le concert commence à baisser. Après le départ de Tokiko, je vais acheter de quoi manger au Combinis, que je partage avec une bière avec Daichi et François en liaison avec Montreal.
Fatigué, mais requinqué par le massage de Tokiko Daichi ferme la boutique, un peut plus tôt ce soir.
Demain on part à Nagoya

Jour 13 - Osaka - Nagoya

Tôt Gaël et Yuko font leur bagages et partent pour Nagoya. Aujourd’hui Yuko doit donner un cours de glass art.
François et moi on dessine de rester quelques heure de plus à Osaka pour déjeuner avec Daichi et Shouyu et revoir Tokiko et Fujiko.
Je me lève une heure après et prépare mon sac. Je tasse toute mes affaires dans mon sac et accroche ma guitare à l’arrière. C’est compact mais un peut lourd.
Puis je vais a la laverie pour laver les house de futon et de couette. François, déjà debout écris des cartes postales.
Avec Daichi et Shouyu on va manger une très bonne soupe au Udon dans le quartier de Osaka au pied de la tour Tsutenkaku qui ressemble a une copie style années 50 de la tour effeil, mais il faut l’avouer, beaucoup moins belle.
On fait une petite ballade, Shouyu nous parle un peut de sa vie, cela fait plus de 50 ans qu’elle vie à Osaka et elle se souviens de l’exposition universelle.
On va boire un café au café DoRéMi au pied de la tour, et François reconnais dans les toilettes le carrelage noir des toilettes de sa grand mère…
Il parades dans les rues et les passages commerciaux habillé en SuperBatanUbis.
Quelques derniers achats avant de quitter la ville puis on retourne se passer à Earth Café.
Tokiko est là. Elle nous à apporté un très bon gâteau à la banane et au chocolat. Elle m’offre un jolie Tenugi morceau de tissus avec un jolie motif que j’avais remarqué la veille au soir. Shouyu à finit de lire le recueil de Kaiden de Lafcadio Hearn.
On avait plustot dans l’année parlé ensemble sur facebook de Lafcadio Hearn (Yakumo Koizumi) avec Shouyu car je lisait ses histoires de fantômes japonais en français. Elle m’offre la version japonaise qu’elle viens d’achever. Maintenant à moi de m’accrocher pour lire dans le textes ces contes fantastiques et effrayants.
On est bien cet après midi à Earth Café
L’heure arrive il nous faut partir, une dernière embrassade à tout le monde on part vers le métro accompagné de Shouyu Chan. On change à Namba, laissant s’éloigné une Shouyu chan émue et tout chose. Nous nous reverrons bientôt, à Osaka ou à Paris !
On va prendre le train lent (2h) pour Nagoya. Je dort une grande partie du voyage qui passe assez vite. A Osaka Station on doit prendre le métro pour HigashiBetsuin. Je gère la route mais je perd François dont le chariot se défait.
Je le cherche en vain 10mn dans la station mais je ne le trouve pas, je me dit qu’il est peut être monté déjà dans le métro qui est déjà passé deux fois.
Je me rend seul à Higashi Betsuin ou Gaël m’attends. françois n’est pas là… Une heure et demi plus tard on à des nouvelles, il s’est réfugié dans un Seven Eleven à l station Higashi—— comme il est déjà 23h, n part le chercher, ce n’est pas tout prêt et on retourne ensemble et avec son chariot à l’atelier de Yuko san ou on va dormir à l’étage sur les tatamis.
C’est un bel endroit, une maison ancienne dans un petit quartier d’Osaka derriere un temple bouddhiste. Très paisible. On s’endort une fois de plus en écoutant le grillon.

Billets plus anciens